Petit-Bornand les Glières

Vous êtes ici : Accueil > Activités > Associations > Coopération décentralisée avec le Niger

Coopération décentralisée avec le Niger

Association LE MARGOUILLAT

  • Publié : 2010
  • Mis à jour : 10 novembre 2014
JPEG - 2.3 Mo

AU PLUS PRES DES BESOINS DE LA POPULATION
UNE POPULATION ACTIVE ET PATICIPATIVE POUR DES ACTIONS PERENNES

L’association soutien la population par une aide financière sur les investissements dans des actions menées de manière transversale et toujours concertée.

Pour chaque action, la population participe à une hauteur minimale de 10% sur les investissements, et assume les frais de fonctionnement dans sa totalité.

Appui à l’Education


Le taux de scolarisation avoisine les 30% (39% pour les garçons et 21% pour les filles).

L’ECOLE POUR TOUS UNE ECOLE DIGNE
Le projet de coopération décentralisée accompagne les écoles de la commune de Téra dans l’amélioration de la qualité de l’enseignement par L’ACQUISITION DES OUVRAGES SCOLAIRES adaptés au système éducatif nigérien, L’AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL par la construction des classes et leurs équipements et le soutien au RENFORCEMENT DES COMPETENCES.

-*Le collège et le lycée ont été électrifiés.
-*3 jardins d’enfants et 2 classes ont été construits
-*Don de manuels scolaires pour le secondaire
-*Echanges professionnels

Les moyens sont souvent dérisoires en particulier pour les « écoles » de brousse.

Les actions sont poursuivront et a priorité sera portée sur la construction des classes, en remplacement des paillottes non adaptées pour contenir des équipements adaptés à l’enseignement. à chaque saison des pluies, elles doivent être démontées et entreposées dans un abri afin de ne pas être détériorées ou mangées par les ruminants. Pour information, le cout d’une classe en matériaux définitifs et semi-équipée est de 9 000 €.

EN CONVENTION AVEC LE MARGOUILLAT, L’IUFM de BONNEVILLE INTERVIENT DANS LES ECOLES PRIMAIRES DE TERA Ces échanges éducatifs entrent dans leur 8è année, sans interruption ; ils ont permis au total à 60 jeunes futurs professeurs d’école en Haute- Savoie de découvrir un système éducatif différent et de s’ouvrir à des réalités scolaires en milieu particulier. Une exceptionnelle aventure professionnelle, une belle aventure humaine riche en rencontres et en émotions… Ils permettent aussi avec des formateurs de l’IUFM des échanges sur les méthodes d’apprentissage et d’enseignement dans différents domaines d’activités , en particulier la lecture et le langage et Un travail de correspondance scolaire entre nos écoles fascine nos écoliers.

DES REFLEXIONS POUR ALLER PLUS LOIN
Le projet s’interroge pour l’appui au développement des formations professionnelles -réflexion sur la mise en place d’un centre de formation professionnelle-.

LA CANTINE

L’éloignement et ses difficultés de trouver une famille accueillante qui puisse bien nourrir l’enfant est la cause des abandons scolaires dès la 6ème (perte de plus de 50% à 80% selon les villages, sur le cycle secondaire) La cantine du CEG ouvert ses portes le 10 novembre 2008 avec un effectif de 19 élèves..

  • Atténuation des souffrances des élèves
  • Amélioration de la fréquentation scolaire en évitant les abandons en pleine année scolaire
  • Amélioration des résultats scolaires.

Pour suivre la philosophie, le projet doit être pérenne et son financement doit être judicieusement étudié pour devenir autonome et assumer ses coûts. Les parents ont participé au fonctionnement par apport en nature et en numéraire pour compléter le besoin nourriciers.

Pour améliorer le fonctionnement de la cantine, il faut envisager :
-*Assurer l’approvisionnement en eau potable par la mise à disposition d’une cuve de 3m3
-*Envisager la construction d’un réfectoire car l’actuel est le laboratoire du collège.

L’Aviculture scolaire : un projet pédagogogique qui permet d’améliorer les conditions d’enseignement

LA JEUNESSE

La jeunesse se trouve être le fer de lance de développement de toute nation. Il se trouve qu’elle est confrontée, pour le cas du Niger, à de multiples problèmes tels que ; le chômage, la délinquance, la prostitution … Ces faits sont la résultante d’absence de structure et de moyens d’encadrement de la jeunesse.

Nous avons porté notre attention sur les aspects d’échanges culturels et sportifs, et avons été ainsi à l’initiative de la mise en relation de groupes de jeunes danseurs et chanteurs de rap, ou encore des clubs de Taekwondo de Téra et celui de Vougy / Bonneville.

Nous souhaitons encore encourager les clubs pour des entreprises et des échanges dynamiques.

D’autres actions, avec le fidèle soutien de nos partenaires, se poursuivront :

  • l’appui pour le développement des équipements culturels : salle informatique, bibliothèque, cinémathèque
  • le don en matériel sportif,…
    JPEG - 702.3 ko
    une classe en brousse

SOUTIEN AUX ACTIVITES GENERATRICES DE REVENUS MOULIN A GRAINS

UN PROJET POUR TILIM

« Lors de ma visite aux populations de la communauté de communes de Tera, en mars dernier, j’ai eu un coup de cœur pour le premier village visité : Tilim, et son moulin à mil. L’accueil de la population et en particulier, celui des femmes et des enfants, ont fait germer en moi une grande envie d’y revenir très vite.
La coopération décentralisée avec le Niger ne devant pas être axée essentiellement sur les zones urbaines, il y a certainement quelque chose à entreprendre auprès de celles sur lesquelles, repose toute la société africaine : les femmes. En Afrique subsaharienne, l’agriculture vivrière et traditionnelle repose sur celles, qui produisent l’essentiel de la nourriture de consommation locale et familiale. Les femmes, qui ont l’habitude de travailler en même temps qu’elles s’occupent de leur grande progéniture, fournissent un effort considérable (en moyenne 17 heures par jour).
Afin de mieux comprendre ce dont elles peuvent avoir besoin et leurs problèmes en particuliers, en tenant compte de leurs dimensions culturelles, et afin d’avoir des connaissances en ressources humaines et sociales, il faudrait pouvoir vivre leur quotidien, plusieurs semaines durant. Je me propose donc de vivre l’expérience, comme bénévole auprès du Margouillat, dès le début 2010. » Jocelyne

JPEG - 90.9 ko
le pilage du mil est un travail laborieux à la charge des femmes

L’équipement en moulin à grains vise plusieurs objectifs :

  • Réduction de la pénibilité du travail des femmes par un équipement du village en service social
  • Alléger les souffrances des femmes,
  • Réduire le temps de pillage du mil,
  • Assurer une gestion saine de l’équipement,
  • Augmentation des revenus monétaire du comité de gestion par une meilleure gestion de l’équipement.

Le budget est de 1 500 000 Fcfa La construction de l’abri moulin est prise en charge par la population bénéficiaire.
Le fonctionnement, l’entretien et le salaire du meunier se feront sur la base des recettes générées par l’activité.

Documents joints

POUR EN SAVOIR PLUS - plaquette info, PDF, 3.1 Mo

Si vous souhaitez être informé des dernières parutions, envoyez-nous un mail (info@mairie-petit-bornand.fr) demandant votre inscription sur la liste de diffusion des nouveautés.
Il en est de même si vous souhaitez vous désabonner.